BLOG

Semaine du 3 au 8 février

03 Fév 2020, Posté par Moniales de Beaufort dans Méditer l'évangile au jour le jour

Méditer l’évangile



Lundi 3 février – Evangile selon St Marc, chapitre 5, versets 1 à 20

« Jésus, fils du Dieu très-haut »

Ce récit haut en couleurs frappe l’imagination ! Le contraste entre l’attitude de l’homme avant et après sa guérison, le sort de milliers de porcs qui se noient nous saisissent. Pourquoi Marc relate-t-il cet épisode ? Pour nous poser la question qui traverse tout son Evangile : qui est Jésus ? Il nous montre un homme pris par le Mal, en proie à la violence, à l’agitation, à la confusion. Après l’intervention de Jésus il retrouve le calme, l’ordre, la raison : exactement ce qu’a fait Dieu en créant le monde ! Jésus serait-il Dieu ? De plus il expulse les démons dans des porcs –animaux impurs- qui se noient dans la mer, lieu des ténèbres et de la mort. Aujourd’hui, c’est à nous qu’il pose la question : crois-tu vraiment que Jésus est Dieu ?


Mardi 4 févrierEvangile selon St Marc, chapitre 5, versets 21 à 43

« Viens lui imposer les mains pour qu’elle soit sauvée et qu’elle vive.»

Il n’y a pas de temps à perdre. Jaïre appelle Jésus pour venir guérir sa fille. Mais la foule le cerne de partout et risque de l’empêcher d’arriver à temps ! En plus, une femme tente une guérison en catimini, ce qui va mettre Jésus encore plus en retard ! Mais la foule oppressante n’est pas un obstacle pour lui. Dans ses deux rencontres avec les deux protagonistes il y a une intimité qui défie la foule  comme si celle-ci était absente. La foi est une question d’adhésion personnelle. Une personne a la foi, mais non une foule ! La rencontre intime peut donc jaillir au cœur de la foule pour l’habiter et la transformer.


Mercredi 5 février 2014 – Evangile selon saint Marc, chapitre 6, versets 1-6

« D’où cela lui vient-il ? »

Aujourd’hui, quand une célébrité émerge jusque sur le devant de la scène, on s’empresse de rechercher ce qu’a été son passé, l’influence de ses proches, son enfance… Les auditeurs de Nazareth aussi veulent comprendre comment le charpentier du village en est arrivé là. Après trente années de vie cachée, voici le retour de l’enfant du pays parti en mission.  Et l’on cherche à comprendre : d’où lui vient cette sagesse ? Mais ils auront beau chercher, il leur faudra reconnaître que cette sagesse vient d’en haut, et ses miracles de sa condition de Fils du Père, avec qui il a entretenu une relation unique durant ces années. Notre attitude emplie d’interrogations doit aboutir à cette reconnaissance. Jésus vient du Père et il retourne au Père. Oui, il est grand le mystère de la foi ! 


Jeudi 6 février -Evangile selon St Marc, chapitre 6, versets 7 à 13

« Mettez des sandales, ne prenez pas de tunique de rechange.»

Au moment de la sortie d’Egypte, les Israélites reçoivent de Dieu ces consignes pour célébrer la Pâque : « c’est ainsi que vous la mangerez : vos reins ceints, vos sandales aux pieds et votre bâton en main » (chapitre 12, verset 11). L’exode du peuple hébreu est une longue marche vers la liberté, vers la découverte du Dieu de l’Alliance. Si le Christ reprend les mêmes termes que dans l’exode c’est bien pour signifier qu’il apporte la liberté. Il a scellé l’Alliance dans son sang versé par amour pour nous. Quant à la tunique, elle est vraiment « unique » car c’est celle que nous avons reçue à notre baptême. C’est revêtus de cet amour dont le Christ nous aime que nous serons missionnaires.


Vendredi 7 février – Evangile selon St Marc, chapitre 6, versets 14 à 29

« A cause du serment… il ne voulut pas lui opposer un refus »

Oui, à cause d’un serment et pour ne pas mettre en péril son honneur devant les hommes, Hérode préfère laisser mourir Jean. Voilà un exemple de lâcheté qui nous révolte par la cruauté de ses conséquences. Et pourtant Hérode appréciait Jean le Baptiste et aimait l’entendre, mais le souci de son image face aux hommes l’a emporté. Aujourd’hui, notre foi nous oblige à des choix évangéliques face aux repères fluctuants de notre société. Ne serons-nous pas, nous aussi, guettés par le souci de notre réputation ? Demandons à Jean Baptiste de nous apprendre à ne pas nous laisser impressionner par le poids du regard extérieur porté sur nous. Que la vérité de notre témoignage et notre appartenance au Christ nous rendent libres pour lui. 


Samedi 8 févrierEvangile selon saint Marc chapitre 6 versets 30 à 34

« Ils fut saisi de pitié envers eux »

Comme je comprends cette foule, qui, voyant s’éloigner Jésus et ses disciples, court les rejoindre ! Mais c’est la même réalité lorsque nous le cherchons dans la prière, le silence, quand nous demandons sa force et son pardon. C’est cette soif d’amour et de Vérité qui saisit de pitié Jésus, littéralement qui « le prend aux entrailles ». Il veut nous rendre participants de la vie divine, que nous aimions de l’Amour même de la Trinité. Un cœur qui se tourne vers Lui et s’ouvre à sa grâce ne sera jamais déçu. Tout comme cette foule qu’il instruit longuement. « Car quiconque demande reçoit » (Matthieu chapitre 7 verset 8)

Désolé, le formulaire de commentaire est désactivé pour le moment.